Le lac de l’Ouest à la nuit tombante,  les rues sont désertes et la promenade au bord de l’eau vide de ses désormais familiers pelotons de cyclistes quinquas suréquipés et bavards.

Au-dessus de chaque lampadaire, une très haute flammèche sinueuse et compacte formée de moustiques s’élève et ondule dans l’humidité sans brise, se disloque brièvement au passage des chauves-souris attaquant en piqué. 

Parfum de quats écrasés sur le trottoir irrégulier par les cohortes de xe om qui chargent les arbustes emperlés de fruits pour les charrier dans les maisonnées prêtes à accueillir la nouvelle lune, celle qui ouvre cette année l’ère de la Chèvre.

Hanoi la ville des arbres qui se promènent en moto, cerisiers roses effeuillés par le vent, mandariniers que la vitesse décoiffe, pamplemoussiers tous fruits ballants, plateaux de chrysanthèmes pour les pagodes, tous au même stade d’éclosion, le business de la fleur de Têt s’est répandu sur la ville, brouillon, insistant, omniprésent, coloré

 

2009-01-Têt 0272009-01-Têt 034